Le cadre

Le cadre de la thérapie systémique peut accueillir
  • une famille
  • un couple
  • un individu seul
  • ou un réseau
En règle générale, c’est la situation qui nous guide quant au cadre et quant à ses éventuelles modifications en cours du traitement.
Ainsi, lors de la thérapie individuelle d’un jeune homme souffrant d’une relation très problématique avec son père, nous avons décidé, au bout d’un certain temps, de convier le père et le fils à une consultation commune. Une seule séance de ce type fut nécessaire et suffisante pour amorcer chez le jeune homme un processus de deuil face aux attentes irréalistes qu’il nourrissait à l’égard de son père et, paradoxalement, pour améliorer leur relation.

Que le cadre accueille une, deux ou plusieurs personnes, la thérapie systémique implique, à titre de facteur curatif essentiel, un travail sur soi : il importe que chaque patient puisse reprendre son histoire pour clarifier comment certains de ses aspects prégnants continuent à interférer dans ses difficultés actuelles et pour opérer d’éventuels nouveaux choix, plus bénéfiques pour lui.
Cependant, si le travail sur soi se présente comme une dimension incontournable de la thérapie systémique, l’expérience montre qu’il est souvent nécessaire que le sujet soit confronté en vif aux protagonistes de son histoire pour véritablement « comprendre autrement » et « se conduire autrement ».

Une confrontation réelle permet une perception moins centrée sur le moi de la conduite présente et passée des autres membres du système. L’appropriation de soi peut donc se réaliser à l’aide de logiques thérapeutiques différentes.
Même dans le dispositif d’une thérapie individuelle d’orientation systémique, la confrontation subjective est un des leviers thérapeutiques important. Elle peut s’opérer sans les membres de la famille, ou réellement avec eux, en dehors de l’espace thérapeutique, mais préparée en son sein.

cadre thérapeutique